jeudi, 05 avril 2012 00:31

Le Reservoir

Anciennement maquis « ministre » dénommé le Bourgeois qui, devant le succès rencontré, s’est tellement embourgeoisé qu’il a fini par devenir un restaurant ou, pour être plus exact, un « multiplex de restauration et services associés », le Réservoir est définitivement une adresse à ne pas manquer.

Tout d’abord parce que les tables éparpillées dans un grand et joli jardin arboré, la salle en étage, la terrasse cosy aux petites lampes colorées, où se déroulent à l’occasion d’excellents concerts et les hauts tabourets où l’on peut se poser pour prendre un verre sous la verdure exactement, offrent un cadre tout à fait charmant.
Ensuite, parce que l’accueil y est très pro et que l’on fera tout pour vous être agréable.
Enfin, pour la carte, variée et originale, proposant aussi bien spécialités ivoiriennes qu’européennes ou asiatiques pour un bon rapport qualité-prix.

On aime : le principe des amuse-bouche, boulettes de viande et de poisson à la bassamoise accompagnées de leur sauce tomate, ou mini-portions de pizza.
On aime plus particulièrement : le large choix de grillades, la viande et le poisson surtout, notamment le steak de thon et sa sauce crème-champignons.
On aime un peu moins : l’attente, qui peut être longue si l’on vient trop nombreux, et les moustiques qui s’invitent parfois autour de la table en cours de soirée.

Notez qu’il est également possible d’introduire ou de conclure le dîner autour d’un verre dans le bar… Autour d’un verre, ouvert en 2008.

Publié dans Restaurants
mercredi, 04 avril 2012 22:59

La Maison du Combattant

« Vous êtes ici chez vous. Asseyez-vous confortablement, passez sereinement votre commande et vous serez servi comme vous le méritez… comme un roi. Bienvenue dans votre royaume de cuisine africaine ».
La carte du Combattant annonce d’emblée la couleur et la mentalité des lieux.

Propriété de la société SIREL, qui gère également son pendant « cocodien » ‒ l’Espace 331 ‒, la Maison des combattants, qui comptabilise plus de 15 années d’existence, fait partie des restaurants incontournables du Plateau. Entre midi et deux en particulier, on y croise bien du beau monde : diplomates, hauts fonctionnaires, journalistes et tout le gratin de La City ivoirienne essaimant des tours administratives et des sièges de sociétés…

Rien que pour son cadre et son architecture 1930, avec son immense terrasse arborée et ses hauts plafonds agrémentés de brasseurs d’air, ce maquis chic et choc vaut déjà le détour. Si l’affluence quotidienne pourra parfois rendre le service un peu long ou disperser l’attention des serveurs, cela n’enlève rien à la qualité et au soin de l’accueil, très « grande brasserie ».

Mais la spécificité de la Maison des combattants, c’est avant tout son large choix de plats africains : entre les sauces (graine, feuille, djoumblé, claire, pistache, gouagouassou…), les grillades (poulet, agouti, lapin, carpe, capitaine, mâchoiron, sole et dorade braisés), les brochettes, les spécialités (poulet yassa, filet de soukouya, kédjénou de poulet, de pintade, d’escargots, d’écrevisses ou encore de mouton) et les plats du jour (tchep blanc ou rouge, sauce kopè, couscous royal, pépé soupe, foufou, gnangnan…), l’amateur de gastronomie africaine ne saura même plus où donner de la tête !

À noter que l’établissement propose également des salades composées et une carte snack, pour ceux qui ne seraient pas tentés par les spécialités ivoiriennes, ainsi qu’un service traiteur.

On aime : le cadre sooo retro et la cuisine, simple et généreuse, à l’instar de l’accueil.

Publié dans Restaurants
mercredi, 04 avril 2012 21:25

L’Aboussouan

Pas de fenêtres, de massifs panneaux de bois et de lourdes frondaisons cheminant sur les arcades qui l’enserrent : si l’on n’y prêtait attention, on ne repèrerait pas l’Aboussouan en passant sur le VGE. Et pourtant, à Abidjan, ce restaurant fait figure d’incontournable, club select où se côtoient depuis des années les vieux houphouëtistes et autres éminentes personnalités du monde politique et des affaires.

Escale obligée des milieux décisionnaires ivoiriens et internationaux, l’Aboussouan a notamment vu défiler entre ses murs Jacques Chirac, Bernard Kouchner, Alain Juppé, Raymond Barre, Michel Rocard, la reine Fabiola ou encore Li Peng.
La  renommée de cette enseigne élitiste et même parfois un peu guindée, tient bien sûr à la qualité de la nourriture que l’on y propose (mouton de Banfora, pintade de Ferké, agouti des savanes, porc-épic de Toumodi, langouste de Grand Bereby, carpe de Fresco : c’est le pays tout entier qui se retrouve dans votre assiette !) et à l’alliance originale de la gastronomie africaine et des grands vins français, mais aussi à la personnalité joviale et au sens de l’accueil d’Adou Sapim, hôte des lieux qui aura toujours un mot, une attention aimable ou une anecdote vinicole pour chacune de ses tables.

Financier de formation, il fut notamment l’élève de Raymond Barre et de retour au pays, travailla un temps dans une société d’Etat, avant d’ouvrir son propre restaurant en 1977. La clé du succès passant selon lui par une bonne cave, il troqua sur le tard son costume de gestionnaire pour celui d’œnologue, subjuguant vite ses clients (parmi lesquels un certain M. Castel…) et amis par son enthousiasme et l’étendue de ses connaissances, acquises pour la plupart en autodidacte.
Ouverte sur une base de quelque 4 000 bouteilles, sa cave, L’Esprit du vignoble, se compose à 80% de bordeaux, 10% de bourgognes, 5% de vins alsaciens et 5% de vins de Loire, qu’il aime associer à la nourriture traditionnelle ivoirienne car, dit-il, « allier la gastronomie africaine à l’œnologie française, c’est créer un rapport de redécouverte et de sublimation mutuelles ». A bon entendeur…

Publié dans Restaurants

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Contact

information1 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
user1 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
event Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

A propos

C’est par amour pour la vie à Abidjan, l’une des villes les plus bouillantes d’Afrique que nous avons conçu Abidjanito
La suite...